12 septembre 2013

Par la Compagnie du Désordre

La Mouette

Librement adaptée de l’oeuvre de Tchekhov

2013-2014

Jeune dramaturge qui aimerait révolutionner le théâtre, Treplev écrit une oeuvre novatrice interprétée par Nina, une comédienne qui rêve de gloire et dont il est amoureux. La pièce est un échec et Nina abandonne Treplev pour suivre Trigorine, qui l’abandonnera à son tour… Ici, point de héros grandiloquents, nulle action spectaculaire, mais des personnages émouvants qui, au fil de dialogues ténus, laissent entendre leur drame – celui de l’indécision et de l’inachèvement.

JPEG - 20.9 ko

Depuis toujours peut-être. Comme tous ces textes fondateurs, fondateurs pour moi en tout cas, c’est-à dire qui – à défaut de m’avoir fondé – ont posé en moi les fondations de mon petit théâtre intérieur. Comme le Werther de Goethe, comme Kafka, comme Lorenzaccio, Phèdre ou Hamlet, comme tant d’autres encore… Nina m’accompagne depuis toujours, comme Ophélie,comme Milena…
« Je suis une mouette » chante Nina, comme un dernier chant du cygne. Et elle s’envole dans le ciel de sa destinée, comme Ophélie s’enfonce dans la folie et dans la mort. Nina est une mouette pleine de vie qui, comme Ophélie, comme un oiseau mort, dérive sur les flots. « La mouette » parle de cette pulsion de vie et de cette pulsion de mort, de la création, de l’inspiration, de l’envol, du théâtre, de l’amour… Et de la mort, quelle qu’elle soit, qui plane, telle une mouette au- dessus de nos têtes. Une tragédie, finalement. – Filip Forgeau

Texte et mise en scène : Filip Forgeau
Avec : Laurianne Baudouin, Marie-Noëlle Bordeaux, Fabrice Carlier, Marc Duret, Marianne Epin, Filip Forgeau, Jean-Yves Gautier, Soizic Gourvil, Serge Renko
Scénographie : Christophe Delaugeas
Costumes : Carole Martinière
Son : Lionel Haug
Lumières : Isabelle Picard

- Source

Portfolio